Réassurance
Product Family

Ecrit par

Product Leader, Fine Art, Specie & Private Clients - APAC & Europe

Hans Laenen, Product Leader Fine Art, Specie & Private Clients APAC & Europe, explique comment la pandémie de COVID-19 a affecté les tendances dans le monde de l'art et pourquoi une connaissance locale de ce marché est essentielle pour comprendre les risques spécialisés. 

Pourriez-vous nous en dire plus sur votre rôle et les types de risques que vos équipes souscrivent ? 

Je dirige l’activité “Art & Specie and Private Clients” de la région Europe & APAC. Nos équipes spécialisées de souscripteurs et de gestionnaires de sinistres sont basées au Bénélux, en Allemagne, en Suisse, en France, en Italie, en Espagne, à Singapour, à Hong Kong, en Australie et en Malaisie. Nous accompagnons nos clients, qu’ils soient collectionneurs ou travaillent dans le monde de l’art, avec une large gamme de solutions.

Nous proposons des couvertures pour les musées, les fondations, les collections d’entreprises ainsi que les collectionneurs privés d'œuvres d'art de valeur ou même de timbres, par exemple. Nous accompagnons également nos clients du secteur de l’horlogerie et de la bijouterie qu’ils soient fabricants, détaillants ou grossistes et notre expertise nous permet par ailleurs de trouver des solutions afin de garantir les risques les plus complexes comme en matière de transport de valeur.

Nous voulons nous concentrer sur les risques pour lesquels nous pouvons réellement apporter une valeur ajoutée à nos clients. Nos équipes sont des professionnels chevronnés de l’assurance et possèdent une expertise approfondie de l'histoire de l'art ainsi qu'une compréhension des tendances actuelles en matière de fabrication, d'achat et de vente d'œuvres d'art. Il s'agit d'un domaine où notre expertise permet d'adapter les garanties que nous offrons. 

En ce qui concerne le fine art, quelles sont les grandes tendances actuelles et comment le transfert de risque peut-il jouer un rôle ?

Ces derniers mois, nous avons assisté à une accélération des ventes aux enchères en ligne. Nous observions déjà ce phénomène avant la pandémie mondiale de COVID-19, mais il s'est nettement accéléré au cours de l'année écoulée. Avec les restrictions imposées quant à la circulation des personnes, les ventes aux enchères en ligne sont devenues le moyen le plus sûr et le plus pratique d'acheter et de vendre de l'art. Les grandes maisons de vente aux enchères ont toutes investi dans des infrastructures en ligne pour faciliter les ventes aux enchères virtuelles et nous pensons que cette tendance se poursuivra même lorsque les restrictions actuelles sur les déplacements seront levées. Les ventes aux enchères traditionnelles, en personne, reviendront également, bien sûr. 

Si l'on peut penser que le passage aux ventes aux enchères en ligne réduit les risques, ce n'est pas nécessairement le cas. Les œuvres d'art sont peut-être moins exposées aux dommages physiques dans les ventes aux enchères en ligne, car les gens ont moins d'occasions de les manipuler ou de les toucher, ce qui réduit quelque peu le risque de dommages, mais les conditions dans lesquelles elles sont conservées et exposées - la lumière ou l'humidité, par exemple - restent extrêmement importantes. C'est pourquoi nos experts travaillent avec des collectionneurs de tous types pour s'assurer que les œuvres d'art sont protégées, que la vente ait lieu en personne ou en ligne.

Nos souscripteurs art sont en mesure de travailler avec nos équipes cyber pour comprendre les subtilités de l'achat et de la vente d'œuvres d'art en ligne et d'aider nos clients à gérer et à transférer ces risques potentiels.

Nos souscripteurs art sont en mesure de travailler avec nos équipes de souscription des produits cyber pour comprendre les subtilités de l'achat et de la vente d'œuvres d'art en ligne et d'aider nos clients à gérer et à transférer ces risques potentiels. 

Une autre tendance que nous observons est un intérêt croissant pour l'art numérique dans lequel les collectionneurs investissent en utilisant des jetons non fongibles (ou NFT). Il y a toujours eu des tendances innovantes dans le monde de l'art et celle-ci vise à rendre l'art accessible à un plus grand nombre de personnes. C'est une évolution que nos experts suivent avec intérêt. 

La pandémie de COVID-19 a-t-elle affecté les risques pour les collections d'art et leurs propriétaires ?

La sinistralité est restée relativement stable malgré la pandémie. Les conservateurs de collections sont pleinement conscients des risques et ont pris les mesures nécessaires pour protéger les œuvres d'art - c'est leur instinct naturel.

Dans certains pays, les galeries d'art sont restées, intégralement ou partiellement ouvertes, au public avec des mesures de distanciation sociale pendant la pandémie, tandis que dans d'autres, les galeries et les collections sont restées fermées. Nous nous sommes tenus au courant de ces évolutions et avons communiqué avec nos clients dans toute la région pour comprendre comment les collections étaient exposées, stockées ou transportées afin de les aider à gérer au mieux les risques.

Alors que les musées, les galeries et les collections ouvrent à nouveau leurs portes, tous les acteurs du marché sont conscients de la nécessité de le faire en toute sécurité - tant du point de vue de la santé et du bien-être des visiteurs que de la protection des œuvres d'art contre les dommages. Nos souscripteurs continueront à travailler avec leurs clients dans ce sens.

Au-delà de la souscription des risques liés à l'art, nous sommes partenaires d'événements tels que les foires d'art comme Art Basel et TEFAF et, alors que nous commençons à sortir de la pandémie de COVID-19, nous nous réjouissons de participer à nouveau à ces événements où l'art peut être apprécié par tous.

 

Pour contacter l’auteur de cet article, merci de compléter le formulaire ci-dessous.

Votre prénom
Votre nom
Sélectionnez votre pays
Adresse email
Invalid Captcha
 
S'abonner

Plus d’articles