Réassurance
Product Family

Aggravée par des étés particulièrement chauds, la sinistralité dans le secteur des déchets est en hausse. C’est en effet dans ce secteur industriel que l’on dénombre le plus de départs de feu, dont les conséquences matérielles, environnementales, humaines et économiques engendrent des perturbations logistiques importantes et des réparations coûteuses. Nos experts, Romain Souche, Ingénieur prévention et référent technique, Dommage et Sylvain Muraille, Ingénieur prévention, spécialiste du secteur des déchets nous expliquent quels sont les principes fondamentaux pour réduire le risque en milieu industriel.

La construction comporte deux axes majeurs

Le choix des matériaux de construction incombustibles sont essentiels. Il convient cependant de préciser que pour la plupart des sites, la plus grande zone non recoupée est la zone de process qui contient l’outil de production ainsi que la plupart des valeurs assurées. Le compartimentage limitera l’étendue du sinistre mais sans extinction automatique, cette configuration ne permettra pas d’éviter une perte significative.

La prévention repose sur l’application rigoureuse de procédures et de bonnes pratiques

  • La procédure de travail par point chaud. Cette procédure est naturellement appliquée aux abords des stockages mais il ne faut pas oublier les zones de process tri comportant de nombreuses bandes transporteuses combustibles.
  • Le contrôle de l’empoussièrement se gère d’une part par une aspiration à la source et d’autre part par le nettoyage régulier des zones de process en incluant les structures. L’objectif est bien évidemment de réduire une charge calorifique inutile mais aussi d’éviter des échauffements d’équipements électriques ou mécaniques recouverts de poussières (combustibles).
  • La gestion des produits non conformes (batteries lithium, liquides combustibles ou inflammables) doit être encadrée par une formation régulière du personnel (y compris intérimaire) mais aussi par des procédures de mise en quarantaine ou de renvois immédiats de ces produits sur un site spécialisé.
  • Les stockages extérieurs, souvent nombreux, devraient également être éloignés des bâtiments.
  • Enfin, les autres aspects de la prévention, tels que le contrôle annuel des équipements électriques et mécaniques par thermographie infrarouge, la gestion rigoureuse des fumeurs, la formation régulière des équipes d’intervention incendie et un programme d’inspections périodiques, sont également à mettre en place.

Lutte incendie : le sprinkleur, un moyen de protection fiable et efficace

Parmi les sinistres majeurs survenus ces dernières années, plusieurs incendies ont pu se développer alors même que le départ de feu avait été détecté de manière précoce. Alors que le Royaume-Uni a déjà adopté ces systèmes depuis longtemps, les solutions de protection automatique de type sprinkleur commencent à se développer en France pour minimiser le risque incendie en centres de tri. Outre des vies sauvées, des dégâts matériels limités et une période d’interruption d’activité réduite, le sprinkleur aide la continuité d’activité en minimisant les perturbations et en permettant une reprise de l’activité au plus vite.

En France, le sinistre survenu sur le site de Rillieux-la-Pape en 2019 (fiche Aria n° 54021) est un autre exemple de l’efficacité du sprinkleur dans les centres de tri : alors que l’intervention manuelle n’avait pas permis de maîtriser l’incendie, la protection sprinkleur a pu contrôler l’incendie et permettre aux secours extérieurs de l’éteindre.

Rappelons que le rôle d’une protection automatique de type sprinkleur est de détecter et déceler le foyer d’incendie et de contrôler ce début d’incendie par un arrosage automatique sur la zone en feu, ce qui limite fortement son extension. L’intervention des sapeurs-pompiers, dont le rôle reste primordial pour l’extinction définitive de l’incendie, peut donc s’opérer sur un feu qui reste maîtrisable.

Une protection complète

La protection recommandée pour les centres de tri est une protection complète du site en incluant les équipements de process spécifiques ainsi que les obstructions. En effet, dans un centre de tri de déchets, le risque incendie étant présent dans toutes les zones, qu’elles soient de stockage ou de process, une protection partielle exposerait le site à un sinistre total.

En collaboration avec l’un de ses principaux clients dans le domaine de la gestion des déchets, AXA XL Risk Consulting a développé un guide interne de protection qui se base sur des standards de protection reconnus dont la conception et la mise en place doivent être réalisées par des installateurs détenteurs de la certification de service APSAD IF1. L’objectif n’est pas de déployer des protections sur la totalité des centres de tri, mais de protéger ceux dont l’exposition, tant en dommages directs qu’en perte d’exploitation, est la plus menacée.

Mieux caractériser les spécificités, les risques associés et les mesures de prévention et de protection à mettre en regard sont une priorité pour AXA XL Risk Consulting. Un aide-mémoire concernant les activités de tri / regroupement / collecte, dont l’objectif est de réduire le nombre d’incendies non maîtrisés dans les centres de tri et ainsi contribuer à une baisse de la sinistralité dans ce secteur très impacté par les incendies, est actuellement à l’étude au sein de la Fédération française de l’assurance (FFA). En tant que fort contributeur au sein de ce groupe de travail, nous allons suivre attentivement ces évolutions.

Cet article est un extrait de La sinistralité dans les centres de tri n’est pas une fatalité paru dans le numéro 569 du mensuel Face au Risque. L’intégralité de l’article est à retrouver sur www.faceaurisque.com.

  • A propos de l'auteur
  • Romain Souche, Ingénieur prévention et référent technique, Dommage & Sylvain Muraille, Ingénieur prévention, spécialiste du secteur des déchets
Votre prénom
Votre nom
Sélectionnez votre pays
Adresse email
Invalid Captcha
 
S'abonner

Plus d’articles