Reinsurance
Product Family
Claims
Risk Consulting
Resources & Tools
Resources and Tools
About AXA XL
About AXA XL
About AXA XL
Get In Touch

Alors que les conséquences du COVID-19 continuent de se faire sentir dans le monde entier, de nombreuses entreprises se mobilisent pour répondre au besoin soudain et urgent de stocks bien plus importants de divers matériels et équipements médicaux. Les brasseries et distilleries passent de la production de bière et de spiritueux à la fabrication de désinfectant pour les mains et d’autres désinfectants hydroalcooliques. Les sociétés de cosmétiques se détournent des crèmes pour le visage et des parfums pour fabriquer des désinfectants médicaux et des gels hydroalcooliques. Les fabricants de vêtements abandonnent les chemises et les robes pour confectionner des masques pour le grand public et des blouses chirurgicales. Les fabricants d’appareils convertissent leur activité pour produire des respirateurs.

AXA XL soutient et encourage ces efforts.

Cet article met en lumière certaines questions courantes de sécurité et de gestion des risques auxquelles les entreprises sont confrontées lorsqu’elles passent de la fabrication d’un produit à un autre. Il n’est pas conçu comme une liste exhaustive, car la plupart des questions de sécurité/risque sont propres aux activités de l'entreprise. De plus, les dispositifs médicaux classés qui sont soumis à une réglementation spécifique impliquant des tests et une certification, par exemple à la réglementation européenne relative aux dispositifs médicaux, ne sont pas abordés dans cet article. Néanmoins, nous espérons que ces principes directeurs fournissent aux entreprises des points de départ utiles pour identifier et traiter d’éventuelles questions de sécurité/risque lorsqu’elles réorientent leurs lignes de production pour répondre aux besoins urgents créés par la crise du COVID-19.

Gestion du changement

La modification d'un processus de production pour fabriquer des produits différents peut entraîner des risques imprévus. Par conséquent, avant de s’aventurer dans cette voie, les entreprises devraient consulter leurs procédures de gestion du changement en place afin de s’assurer que les risques en matière de sécurité, de santé et d’environnement sont identifiés et correctement contrôlés.

Cela implique de former les employés à la gestion des changements introduits. La sécurité des employés est essentielle, car dès qu’il y a des changements dans un environnement de fabrication, le risque pour les employés augmente, sauf s’ils sont correctement formés. Il est indispensable que les employés comprennent les nouvelles procédures et/ou nouveaux matériels et ce qu’il faut faire différemment. C’est impératif non seulement éviter les erreurs et limiter les différents risques opérationnels, mais aussi pour la sécurité des employés.

Protection incendie

Il y a eu une couverture médiatique importante sur les distilleries et brasseries artisanales qui se réoutillaient pour produire des désinfectants et gels hydroalcooliques, et sur les fabricants de vêtements qui passaient de la confection de vêtements à la fabrication de masques, de blouses chirurgicales et de produits associés. Dans ces exemples et d’autres comparables, les processus et/ou matériaux utilisés pour produire les nouveaux produits finis pourraient aggraver les risques d’incendie.

La modification d'un processus de production pour fabriquer des produits différents peut entraîner des risques imprévus.

Les désinfectants pour les mains, par exemple, ont une teneur en alcool d’environ 70%, alors que dans des spiritueux comme le whisky ou le gin, elle est généralement autour de 40%. De même, le textile tissé ou non tissé utilisé pour les masques sanitaires présente un risque incendie plus élevé qu’avec d’autres types de tissus. La charge combustible des tissus synthétiques, par exemple, est deux fois plus élevée que celle des fibres naturelles, et la propagation des flammes avec les tissus légers peut également augmenter de façon dramatique.

La révision d'un système de protection incendie exige du temps et des ressources, et peut donc être irréaliste pour des entreprises qui veulent agir rapidement. Malgré tout, il existe des mesures basiques qu’une entreprise peut prendre pour traiter ces risques incendie plus élevés, par exemple :

  • S’assurer que toutes les protections incendie sont en service. Même des protections qui ne sont pas conçues pour le changement seront efficaces dans de nombreuses situations. Un fonctionnement modifié peut diminuer la marge de sécurité d’un risque hautement protégé (RHP), tout en fournissant quand même un niveau de protection raisonnable.
  • Envisager des mesures temporaires, comme une surveillance incendie supplémentaire, une surveillance à distance, par exemple par détection vidéo, et même des pompiers formés en disponibilité. Les surveillances incendie doivent être consignées et régulièrement contrôlées afin de s’assurer qu'aucune ronde n'est omise si certains employés ne peuvent venir au travail.
  • Si les changements nécessitent des travaux à haute température, qui ont recours à des flammes ou de la chaleur pour le soudage, le meulage, la découpe ou le brasage, ces activités doivent être gérées et supervisées avec soin dans le cadre d’une chaîne de commandement définie. Les incidents impliquant le travail à haute température sont la deuxième cause principale d’incendies dans des locaux industriels, mais un processus solide concernant ces travaux peut pratiquement cette cause d'incendie.

Ventilation et contrôle de la poussière

Une ventilation adéquate est indispensable lorsque des produits à base d’alcool sont concernés. De même, le contrôle de la poussière est essentiel pour tous les fabricants travaillant avec du tissu. Dans ces deux cas, les changements affectant la qualité de l’air intérieur pourraient nuire aux employés et à l’équipement, et causer des risques incendie élevés.

Évidemment, les systèmes existants doivent avoir été conçus pour assurer un environnement sûr et sain en tenant compte des niveaux de production ainsi que des concentrations en alcool ou des types de tissus, respectivement. Comme on l’a vu, les concentrations en alcool dans les désinfectants sont beaucoup plus élevées que dans la plupart des spiritueux. Et les différents types de tissus génèrent plus ou moins de poussière.

Par conséquent, les fabricants doivent d’abord déterminer les capacités de leurs systèmes de ventilation/collecte de poussière, pour gérer le nouvel environnement de travail. Et si les systèmes ne peuvent faire face à ces nouvelles exigences, et qu’il n’est pas possible de les mettre à niveau, il faudra peut-être réduire le volume de production pour garantir un environnement de travail sûr.

Tout aussi important, il faut accorder de l’attention aux calendriers et protocoles de maintenance pour le nettoyage des systèmes ; les filtres peuvent notamment avoir besoin d’être entretenus/remplacés plus fréquemment.

Stockage

Les systèmes de protection incendie dans les entrepôts/locaux de stockage sont conçus pour prendre en compte les caractéristiques et volumes des matériaux stockés. Si ces derniers changent, le système peut ne plus offrir la même protection. Par exemple, le papier léger (<50g @ m2) présente un risque incendie beaucoup plus élevé que le papier plus épais (>100g @ m2). Si les locaux passent du stockage de papier épais au stockage de papier léger, les risques incendie peuvent dépasser les paramètres pour lesquels le système de protection a été conçu. Une nouvelle fois, en supposant que la mise à niveau du système de protection incendie n’est pas possible, les volumes et hauteurs de stockage des matériaux concernés doivent être réduits pour correspondre aux capacités du système.

Sinon, des matériaux plus inflammables peuvent être stockés en piles restreintes dans des zones de transit et non dans les rayons de stockage eux-mêmes. Les zones plus proches de l’alimentation en eau offrent également un meilleur niveau de protection grâce au système d’extinction automatique que celles « éloignées » du système.

Machines et équipement

Lorsque les fabricants de vêtements commencent à travailler avec de nouveaux matériaux, cela peut provoquer plus d’usure pour l’équipement. Si c’est le cas, les calendriers de maintenance existants peuvent être amenés à être revus. Si les nouveaux tissus sont plus lourds/plus denses, cela peut nécessiter plus de pression ou d’électricité, auquel cas les entreprises auront besoin de vérifier que les moteurs et systèmes électriques peuvent supporter ces nouvelles contraintes.

Si un équipement doit dépasser les intervalles de maintenance prévus, les opérateurs doivent contrôler les registres de maintenance prédictive disponibles. Cela permet de prendre des décisions éclairées sur les compromis à faire entre une production accrue à court terme et la possibilité que la production soit interrompue à moyen terme en raison d’une panne mécanique.

Enfin, avant de modifier ou d’accroître la production, vérifiez les niveaux de fluides de l’équipement et remplacez les pièces d’usure, comme les flexibles hydrauliques qui semblent usés.

Nouveaux fournisseurs

Les entreprises réorganisant leurs activités ont souvent besoin de nouvelles matières premières ou de nouveaux composants, ou peut-être de plus grandes quantités de matériel existant. Les deux scénarios peuvent amener à chercher de nouvelles sources. Et comme les entreprises cherchent à agir rapidement pour répondre à l’urgence, elles ne sont pas toujours en mesure d’examiner avec soin les nouveaux venus dans leur chaîne d’approvisionnement. De plus, la demande de certaines matières premières est très importante, ce qui crée une forte concurrence entre les entreprises.

Cette dynamique a plusieurs enjeux, y compris, par exemple, des questions liées au contrôle qualité et au risque de crédit. Par conséquent, lors de la sélection de nouveaux fournisseurs, les fabricants doivent prendre des mesures raisonnables pour vérifier les procédures de contrôle qualité d’un fournisseur, tout en atténuant le potentiel risque de crédit, le cas échéant.

Autres enjeux de sécurité

En plus des questions abordées ci-dessus :

  • Signalétique : Lorsque les entreprises changent leur activité et leurs processus, les opérateurs doivent revoir la signalétique de sécurité pour qu’elle reflète les conditions d’utilisation des nouveaux matériaux.
  • Entretien : Il convient de faire attention à l’entretien. Il faudra peut-être sortir les poubelles plus fréquemment. La poussière, les peluches et les résidus peuvent s’accumuler plus rapidement. Pour les processus qui ne peuvent être arrêtés pendant les cycles de nettoyage normaux, mettez en place des dispositifs de sécurité pour compenser les cycles plus longs.
  • Transport : Les règles de transport des produits contenant de l’alcool sont plus strictes que celles s’appliquant au jus d’orange, par exemple.

Comment nous pouvons aider

Si l’urgence de la crise du COVID-19 exige une réponse rapide, j’encourage les entreprises qui pensent réorienter leur activité à s’arrêter quelques instants pour réfléchir aux risques potentiels que ces changements pourraient entraîner, et à mettre en place des mesures réalistes et prudentes pour atténuer ces menaces.

Les consultants d’AXA XL peuvent aider votre entreprise dans cette réflexion. En effet, le type de questions abordées ci-dessus reflète des discussions que nous avons régulièrement avec nos clients. Lorsqu’un processus de fabrication change, nous aidons donc nos clients à identifier les petites et grandes questions de risque et de sécurité qu’ils doivent traiter.

Pour finir, laissez-moi remercier encore une fois les entreprises qui aident les citoyens partout dans le monde à répondre à cette situation d’urgence sans précédent.

  • About The Author
  • Directeur technique, AXA XL Risk Consulting
Invalid First Name
Invalid Last Name
Country is required
Invalid email
Invalid Captcha
 
More Articles