Réassurance
Product Family

Il y a presque cinquante ans, la NASA publiait la « bille bleue », la désormais célèbre photographie prise par l'équipage d'Apollo 17 lors de son voyage vers la Lune. Il s’agit de la première image photographique montrant l'intégralité de la planète Terre depuis l'espace et dont l'impact a été profond. Selon un témoin, "la bille bleue était une image iconique parce qu'elle représentait parfaitement la condition humaine, ce sentiment de vivre sur une île perdue dans l’univers, avec toute la fragilité propre à un écosystème insulaire ".

Des terres inconnues

Depuis l’époque de cette photographie, notre compréhension des systèmes naturels de la Terre a progressé de façon exponentielle. Nous en savons aujourd’hui beaucoup plus sur les océans, l’atmosphère et la cryosphère – ces régions, à la surface de la planète, où l’on trouve de l’eau sous forme solide et qui font partie intégrante du système climatique mondial -, mais il y a encore beaucoup à apprendre. Vue de l’espace, la Terre n’est pas seulement belle et fragile : elle est aussi extrêmement complexe. 

Il y a cependant une chose dont nous sommes sûrs, c’est que le climat est en train de changer. Parmi les nombreuses données que l’on pourrait citer, arrêtons-nous sur celle-ci : en mars 2021, l’observatoire du Mauna Loa, sur l’île d’Hawaï, a enregistré des niveaux moyens de CO2 atmosphérique de 417.64 ppm, soit le niveau le plus haut jamais atteint depuis des millénaires.

En outre, grâce à l’analyse de carottes de glace prélevées au Groenland et dans l’Antarctique, nous savons que :  

  • A cause de l’utilisation des combustibles fossiles et de la déforestation, les niveaux de dioxyde de carbone contenus dans l’atmosphère sont aujourd’hui 40 % plus élevés qu’avant la révolution industrielle.
  • L’ampleur et le rythme de cette récente augmentation sont très certainement inédits depuis les 800 000 dernières années. (Source : British Antarctic Survey)

L'humanité avance bel et bien en terres inconnues. 

Des impacts réels mais difficiles à localiser

Dans le secteur commercial, les réassureurs ont été parmi les premiers à constater les effets du changement climatique. Ce n'est pas surprenant car les pertes dues à des catastrophes naturelles liées au climat ont représenté une proportion croissante de nos coûts. De 1950 à 1990, par exemple, les pertes assurées annuelles liées à des phénomènes météorologiques (à l’exception donc des tremblements de terre et des tsunamis) excédaient rarement 5 milliards de dollars par an. Mais depuis 1990, elles augmentent de façon spectaculaire. Au cours de la dernière décennie, il n’y a eu qu’une seule année (2015) au cours de laquelle les pertes assurées dues à de tels événements ont été inférieures à 50 milliards de dollars. En 2017, l’année de tous les records, ces pertes ont atteint la somme colossale de 134 milliards de dollars. (Source: Aon Benfield)

Néanmoins, si la tendance est nette, le changement climatique n'est qu'une partie de l’équation. Jusqu'à présent, la croissance économique et démographique, combinée à l'urbanisation, a été le principal moteur de cette augmentation des coûts. En outre, même si nous observons déjà les effets du changement climatique en termes d’augmentation des températures moyennes, d’élévation du niveau de la mer et d’occurrence de sécheresses ou précipitations sévères, il n’en demeure pas moins que la relation entre ces facteurs et un événement météorologique particulier reste ténue. Pourtant, personne ne s’attend à ce que les pertes liées aux intempéries reviennent aux niveaux d’avant 1990.

Aider les familles et les entreprises à retrouver rapidement un meilleur équilibre est à la fois une mission essentielle de la (ré)assurance et une source d’opportunités.

Protéger ce qui compte

Aider les familles et les entreprises à retrouver rapidement un meilleur équilibre est à la fois une mission essentielle de la (ré)assurance et une source d’opportunités. C’est pourquoi les principaux (ré)assureurs, dont AXA XL, restent profondément attachés à mieux faire comprendre cette question complexe et multiforme, tout en concevant des solutions durables et innovantes qui renforceront la résilience de leurs clients face au défi climatique. Chez AXA XL, nous nous engageons dans la lutte contre le changement climatique à travers plusieurs initiatives axées sur l’évaluation des risques climatiques et sur les opportunités qui leur sont liées. Nous venons de créer une nouvelle page web, Protecting What Matters, qui présente nos engagements les plus ambitieux dans le domaine des risques liés au climat.

Cette page Web, régulièrement mise à jour en fonction des nouveaux contenus, comporte trois grandes rubriques :

  1. Risques climatiques — la définition de l’équation du risque climatique, les risques associés au changement climatique et nos solutions pour mieux comprendre dans quelle mesure nos clients y sont exposés.

  2. Résilience du marché — la manière dont notre entreprise, et le secteur de l’assurance en général, étudient de nouvelles approches de la modélisation des risques et conçoivent des solutions sur mesure pour faire face aux conséquences du changement climatique. 

  3. Collaboration et protection — autour des enjeux climatiques d’aujourd’hui et de demain, un aperçu de la façon dont notre entreprise et notre secteur aident nos clients à mieux se prémunir avant une catastrophe naturelle, et à mieux se reconstruire après.

Les articles contenus dans ces rubriques soulignent la variété des actions engagées par AXA XL dans le domaine des risques liés au changement climatique, ainsi que la diversité et l’expérience des experts – internes et externes – qui se penchent avec nous sur les différents aspects de cette question existentielle.  

Notre équipe d’experts internes, dont beaucoup sont diplômés de grandes universités, regroupe des actuaires, des géologues, des statisticiens, mais aussi des économistes agricoles et des modélisateurs des risques catastrophes.

Parmi les experts externes dont nous présentons le travail se trouvent les membres de la Chaire AXA en Résilience côtière à l’université de Californie (Santa Cruz), un chercheur postdoctoral et un professeur associé du département de Mathématiques à l’université du Québec (UQAM, Montréal) ainsi que le Centre pour l’étude des risques de la Judge Business School à l’université de Cambridge.

Les contenus mis en ligne sur cette page web ne sont qu’un exemple de la façon dont nous concrétisons la devise d’AXA « Agir pour le progrès humain en protégeant ce qui compte ». Je vous incite vivement à les consulter et à les partager avec vos collaborateurs. 

Pour finir, je tiens à remercier pour sa précieuse contribution Andy MacFarlane, Head of Pricing & Analytics pour la Réassurance Londres & Bermudes chez AXA XL, qui a été le fer de lance de ce projet. Je remercie également Carol Parker Trott, Directrice de la communication et du marketing pour la Réassurance et les Bermudes chez AXA XL, qui a supervisé la production éditoriale, ainsi qu’Anita Janney, Directrice de la création pour les Amériques, Jeff Jones, Directeur du marketing numérique, et Dhisharika Sachdeva, Content Management Assistant Manager, pour la conception et le développement de cette page web. 

Accédez au site ICI.

S'abonner

Plus d’articles