Réassurance
Product Family

Dans le secteur manufacturier, il est primordial de garantir le bon fonctionnement des opérations. Assureurs et souscripteurs ont tout autant intérêt à connaître les problèmes émergents avant qu’ils ne se traduisent en pertes. Grâce à la technologie infrarouge ou imagerie thermique, les fabricants et les assureurs peuvent travailler ensemble pour éliminer les problèmes coûteux avant qu’ils ne surviennent.

La technologie infrarouge n’est pas nouvelle. En fait, la première mention des longueurs d’onde infrarouges remonte à 1800, lorsque Sir William Herschel, astronome royal du roi George III d’Angleterre, a découvert les éléments qui allaient permettre aux futurs scientifiques de développer l’imagerie infrarouge.

Aujourd’hui, la technologie infrarouge est utilisée dans les soins de santé pour le diagnostic des patients, dans les opérations de police pour aider les autorités à localiser les suspects la nuit, dans les stations météorologiques pour prévoir et suivre les tempêtes et dans les systèmes de sécurité pour fournir des images détaillées.

Les usages commerciaux de la technologie infrarouge sont également répandus. De nombreux secteurs utilisent l’imagerie thermique dans le cadre de leur processus d’inspection. L’inspection des habitations, des toits, des fenêtres, des sites de construction et des installations de fabrication implique souvent l’utilisation de caméras et de scanners d’imagerie thermique.

L’une des utilisations les plus répandues de la technologie infrarouge concerne l’industrie manufacturière. Les fabricants peuvent utiliser l’infrarouge pour surveiller l’équipement et pour la maintenance prédictive. Une image thermique d’un équipement ou d’un panneau électrique, par exemple, peut alerter les inspecteurs concernant des points chauds, des fuites ou des faiblesses matérielles représentant un danger potentiel.

Comment ça marche ?

En 2019, le marché mondial des caméras infrarouges a dépassé les 6 milliards de dollars US, un marché qui devrait croître de 7 % par an jusqu’en 2026. Exploitée principalement pour des événements liés aux intempéries et des améliorations des techniques de surveillance, la technologie infrarouge aide à localiser des cas tels que les dégâts des eaux, les pertes de chaleur et les sources de fuites sur les toitures.

Cependant, la technologie infrarouge est devenue un outil essentiel utilisé pour améliorer les données d’exposition aux sinistres, effectuer des inspections plus sûres et aider à déceler les problèmes potentiels avant qu’un sinistre ne se produise.

Fonctionnant comme un thermomètre, la technologie infrarouge utilise la lumière infrarouge pour détecter les sources de chaleur. Cette lumière, concentrée sur un objet, peut capter des longueurs d’onde d’énergie qui dégagent de la chaleur. Ces signaux de chaleur provenant d’une source de chaleur, comme un panneau électrique, sont capturés dans des images qui fournissent aux utilisateurs un instantané de l’endroit où la chaleur est la plus présente.

Une source qui montre un point chaud – une zone qui dégage plus de chaleur qu’elle ne le fait habituellement – peut indiquer aux utilisateurs de la technologie infrarouge si l’équipement surchauffe, si les panneaux électriques sont surchargés ou si certains composants chauffent à des niveaux dangereux. Ces données peuvent fournir aux fabricants des informations instantanées sur les zones de leur exploitation qui nécessitent une attention particulière, les aider à améliorer les procédures de maintenance générales et à réduire l’incidence des pannes.

Les données peuvent également montrer aux souscripteurs et aux assureurs l’efficacité du programme de maintenance d’une opération et fournir suffisamment d’informations pour permettre aux assureurs de travailler avec leurs clients manufacturiers afin de mettre en place des procédures de gestion des risques et de maintenance plus solides avant qu’un sinistre coûteux ne se produise.

C’est la raison pour laquelle les assureurs et les souscripteurs utilisent la technologie infrarouge au moment du renouvellement des polices d’assurance, pour mieux comprendre les expositions aux sinistres d’un client et prendre des décisions éclairées en matière de couverture et de prime. De plus, avec la technologie infrarouge, les assureurs peuvent aider les clients à déterminer leurs risques et à prévenir d’éventuels sinistres.

Avec la technologie infrarouge, les assureurs peuvent aider les clients à déterminer leurs risques et à prévenir d’éventuels sinistres.

Prévention par infrarouge

Dans un cas de ce genre, un client d’AXA XL producteur d’asphalte était sur le point de renouveler sa police. Comme c’est l’usage, nous avons envoyé notre consultant en contrôle des risques pour examiner les onze sites du client afin de collecter des données et des images de ses installations et de mieux comprendre leurs procédures de maintenance. 

Dans le cadre de notre processus, nous avons proposé au client des inspections infrarouges de ses installations. Les inspections infrarouges permettent à l’entreprise et à notre équipe de localiser les problèmes potentiels au niveau des composants électriques et autres équipements susceptibles d’entraîner une défaillance de l’équipement ou de créer des conditions susceptibles de provoquer un incendie.

Notre fournisseur privilégié, Infrared Testing, Inc. (ITI), a travaillé avec nous à la réalisation des tests. En l’espace d’un jour seulement, ITI a découvert trois points problématiques sur deux des quatre sites qu’elle avait inspectés.

Chacun des problèmes a été identifié et classé par ordre de priorité :

1. « Critique » – action corrective requise immédiatement ; 
2. « Sérieux » – action corrective nécessaire dès que possible ; 
3. « Alerte » – nécessitant une action corrective lors du prochain arrêt programmé.

En quelques heures seulement, ITI avait identifié ces problèmes et indiqué à notre équipe ceux qui devaient être considérés comme critiques. Un disjoncteur surchauffait à des niveaux dangereux – 150 degrés au-dessus de la température normale du disjoncteur. Un autre disjoncteur de cette même installation surchauffait à une température moins élevée (16 degrés au-dessus de la température normale), une réparation qui devait être effectuée lors du prochain arrêt de maintenance programmé du client.

Dans un deuxième lieu, l’inspection infrarouge a révélé une augmentation de température de 21 degrés sur un autre disjoncteur qui nécessitait une intervention immédiate.

Comme l’inspection infrarouge a révélé un problème électrique, nous avons pu informer le client qu’un électricien devait procéder à des réparations immédiates pour éviter un incendie potentiellement coûteux. Les réparations ont été réalisées et le client a acheté son propre scanner infrarouge, ce qui lui a permis de programmer d’autres inspections infrarouges pour son exploitation. Les économies potentielles découlant d’une perte de revenus due à des temps d’arrêt imprévus, à une attention publique indésirable et à un sinistre potentiellement important valent largement l’investissement.

Cette perte aurait pu être catastrophique. Le site de l’usine où le problème le plus critique a été détecté est évalué à 2 millions de dollars en valeurs assurées totales. Le site concerné par le problème sérieux est évalué à 3 millions de dollars. Un incendie électrique sur l’un ou l’autre de ces sites aurait pu être dévastateur en termes de perte d’installations et d’activité commerciale.

Coûts anticipés = grosses économies

Le potentiel d’économies va au-delà de la prévention des pertes. L’utilisation d’inspections infrarouges permet non seulement de localiser les problèmes potentiels, mais aussi de confirmer qu’il n’existe aucun risque inhérent susceptible d’entraîner une panne ou un incendie. Les assureurs évaluent le niveau de risque lors de la détermination de la prime appropriée pour chaque police. Une exploitation qui peut démontrer un bon état de maintenance et d’équipement peut être en mesure de réduire les coûts d’assurance.

Plus important encore, en déployant la technologie d’inspection par infrarouge sur les sites de ses clients, AXA XL est en mesure de leur fournir une vision plus complète de leur exposition aux sinistres. Cela peut aider à prévenir ou à réduire les pertes, à améliorer la disponibilité opérationnelle et à maintenir les installations en service pendant des années.

Voici trois analyses thermographiques issues d’une inspection infrarouge qui ont permis d’identifier des points chauds :

thermal imaging example

Alimentation de traînée, disjoncteur principal 400 A montrant un point chaud à 266 degrés en raison d’une connexion desserrée ou oxydée. Priorité critique nécessitant une action corrective immédiate.

thermal imaging example

Sectionneur principal montrant un point chaud de 118 degrés en raison de connexions de fusible desserrées ou oxydées. Priorité sérieuse nécessitant une action corrective dès que possible.

thermal imaging example

Armoire de commande principale montrant un point chaud à 101 degrés en raison d’une connexion desserrée ou oxydée. Priorité d’alerte exigeant une action corrective lors du prochain arrêt programmé.

  • A propos de l'auteur
Votre prénom
Votre nom
Sélectionnez votre pays
Adresse email
Invalid Captcha
 
S'abonner

Plus d’articles