Réassurance
Product Family

Comment certaines entreprises utilisent les captives pour améliorer leurs résultats financiers

Une société captive est communément détenue et contrôlée à 100 % par un groupe industriel ou de services pour (ré)assurer certains risques de sa société mère et de ses filiales. Elle est généralement considérée comme une solution utilisée principalement par de grandes entreprises pour financer la rétention groupe des programmes d’assurance « non-vie » et de risques difficiles voire impossibles à couvrir par des solutions d’assurance traditionnelles. Les entreprises américaines du Fortune 500 et autres très grands groupes internationaux dominaient le segment des captives.

Pourtant, l’utilisation des captives a évolué, portée par une volonté de mieux contrôler les solutions d’assurance, et plus encore dans un contexte de durcissement des conditions. Des entreprises plus petites explorent désormais le marché des captives pour optimiser la gestion de certains de leurs risques.

En complément à la solution captives détenue par une seule entreprise, des structures alternatives peuvent répondre aux entreprises qui ont des ressources plus limitées. Depuis quelques décennies, des captives à compartiments sont détenues par des tiers experts ; ces derniers détiennent le capital réglementaire, gèrent les agréments et effectuent les opérations quotidiennes. Ils louent un compartiment aux petites et moyennes entreprises désirant bénéficier des avantages d’une captive. Ainsi, elles peuvent gérer, au sein de leur compartiment, la mutualisation de leurs risques.

On a beaucoup écrit sur les avantages les plus courants offerts par les captives, en particulier dans le cycle actuel du marché de l’assurance, à savoir l’augmentation des primes, la réduction des capacités et des étendues de garanties. En complément, il existe d’autres possibilités grâce à la captive, tel qu’attirer davantage de clients par des assurances affinitaires ou accéder à d’autres formes de transfert des risques.

Usage : accès aux servicing de l’assureur

Une société captive peut permettre à une entreprise d’accéder à des garanties sans les transférer en totalité au marché traditionnel de l’assurance. Par exemple, une entreprise qui utilise une captive pour conserver une partie de ses risques cyber peut profiter, en cas de sinistre, des services de gestion de l’assureur fronteur et de l’expert pour traiter correctement l’incident.

Cela permet ainsi aux entreprises d’accéder à des services à haute valeur ajoutée, pour lesquels elles ne disposent pas de ressources internes. Ces services traditionnels peuvent être complétés par des prestations de prévention et des benchmarks sur les bonnes pratiques afin de réduire l’exposition et d’atténuer les pertes potentielles.

Usage : incubateur pour les risques émergents

Pour les couvertures de risques émergents, difficiles à placer, ou à des conditions non satisfaisantes sur le marché traditionnel, une captive peut également permettre à une entreprise l’incubation de ses risques pour une meilleure connaissance de ses risques au fil du temps. Elle pourra conforter ultérieurement les assureurs pour un transfert plus traditionnel et aux meilleures conditions.

Par exemple, l’utilisation accrue du bois massif est une tendance qui se développe dans le secteur de la construction. Il n’est pas facile d’obtenir des garanties pour ce matériau, malgré sa sécurité, sa durabilité et sa rentabilité. Au lieu de placer sa couverture séparément (ou les conserver au bilan), une entreprise peut utiliser sa captive pour conserver cette exposition et démontrer plus tard son exposition aux sinistres causés par le bois, tout en constituant au sein de la captive des réserves et protéger le bilan de la société en cas de sinistre.

Pour les couvertures de risques émergents, difficiles à placer, ou à des conditions non satisfaisantes sur le marché traditionnel, une captive peut également permettre à une entreprise l’incubation de ses risques pour une meilleure connaissance de ses risques au fil du temps

Usage : des captives pour attirer et fidéliser plus de clients

Bien que ce ne soit pas nouveau, la couverture des dommages causés aux téléphones portables, l’assurance annulation de vol, des extensions de garanties des produits bruns et blancs et d’autres produits d’assurance affinitaires sont des exemples d’utilisations des captives pour conserver et attirer de nouveaux clients avec des garanties élaborées sur mesure. Un opérateur de téléphonie mobile qui offre ou vend une assurance de dommages causés au téléphone lors de l’achat d’un nouveau téléphone peut attirer des clients et générer plus de prime pour la captive. Il en va de même pour une compagnie aérienne qui souhaite éliminer une inquiétude de l’acheteur.

Comment ça marche ? Étant donné que l’entreprise, comme un opérateur de téléphonie mobile, disposera très probablement de vastes quantités de données de pertes sur les produits qu’elle vend et répare, la fréquence et la gravité des sinistres sont plus prévisibles. L’historique des sinistres peut permettre le calcul actuariel de tendances avec un degré de confiance plus élevé. Au lieu de payer 100 % de ces primes à un assureur traditionnel, une partie de primes et donc des sinistres peuvent être conservée par la captive. Si les pertes sont inférieures aux prévisions, l’entreprise peut réaliser des bénéfices techniques au niveau de la captive.

Ces produits commencent également à apparaître sur le marché de la cryptomonnaie. Les entreprises de stockage de cryptomonnaies commencent à proposer à leurs clients une couverture contre les violations afin de remédier à celles-ci.  Cela inciterait d’autant plus les clients à utiliser leurs services, tout en leur apportant une tranquillité d’esprit. La première étape consiste à identifier un obstacle potentiel dans le parcours du client qui peut être traité par le biais de l’assurance, puis à tirer parti de la captive pour personnaliser la couverture et potentiellement capter les bénéfices de la souscription.

Usage : utilisation accrue des marchés de capitaux pour le transfert des risques

Pour les placements plus importants et plus complexes, les captives ont aussi été un moyen d’accès direct au marché de la réassurance qui peut permettre de compléter les garanties et les capacités, à des coûts inférieurs que ceux du marché traditionnel de l’assurance directe. Ainsi les captives peuvent permettre un meilleur contrôle de la façon dont leur programme est placé et une stabilité accrue des primes.

Tirer parti d’une captive pour accéder à d’autres formes de capitaux, en dehors du domaine traditionnel de la (ré)assurance, est aussi une possibilité peu fréquente aujourd’hui mais de plus en plus souvent utilisée. Cela peut être considéré comme une forme alternative de réassurance qui fonctionne alors sur une base paramétrique.

Prenons l’exemple d’une entreprise de technologie qui concentre une grande partie de son infrastructure informatique dans des zones peu assurables - fortement exposées aux séismes ou aux inondations - et où l’on constate un déficit de capacité sur le marché de l’assurance traditionnelle. Une entreprise qui se trouve dans cette situation pourrait utiliser une société captive comme véhicule ad hoc pour transférer ces expositions sur les marchés de capitaux, qui apprécient la diversification et le rendement que ces risques apportent à leur portefeuille. Lorsque l’exposition aux catastrophes naturelles est élevée et que le marché traditionnel n’est pas en mesure de couvrir ces expositions, les entreprises peuvent se tourner vers le marché des captives pour trouver des solutions et de nouveaux moyens de transférer leurs risques.

 

Usage : réaffecter l’excédent de fonds propres à la gestion des risques

Les captives peuvent également donner à une entreprise la possibilité de faire fructifier ses résultats en développant des initiatives de risk management. Lorsque l’historique des pertes est meilleur que prévu, ces fonds peuvent rester dans la captive et constituer des fonds propres au fil du temps. Ces fonds peuvent ensuite être affectés vers des équipements de prévention, tels que des systèmes de détection de l’eau, des appareils télématiques portables ou une technologie qui améliore la sécurité.

Ainsi cette sophistication de la gestion des risques au lieu d’ajouter du risque au portefeuille de la captive pour utiliser ces fonds propres, l’utilise pour améliorer les profils de risque de manière plus tangible ; en particulier lorsque les budgets opérationnels continuent de mettre tout le monde au défi de faire « plus avec moins ».

L’attractivité des captives

Sur le marché actuel, comme dans tout marché difficile, même les risques qui enregistrent de bonnes performances sont balayés par le contexte de durcissement des tarifs. C’est là que les captives peuvent contribuer à protéger une entreprise de la hausse des tarifs et des conditions de couverture plus strictes de plusieurs façons : en alignant les intérêts avec l’assureur par des franchises assurées plus élevées, et en améliorant la couverture là où c’est nécessaire. Cela peut donner à une entreprise une plus grande influence sur la tarification et les conditions de son programme.

Les captives permettent de prendre plus de risques d’une manière structurée, d’atténuer les cycles de marché et potentiellement de tirer profit d’une expérience de sinistre meilleure que prévu. Hard ou soft market, une captive peut apporter de la stabilité au portefeuille et aider une entreprise à améliorer son approche globale du risque.

  • A propos de l'auteur
  • Alonso Tello, Head of Alternative Risk, Canada, AXA XL
Votre prénom
Votre nom
Sélectionnez votre pays
Adresse email
Invalid Captcha
 
S'abonner

Plus d’articles