Réassurance
Product Family
Gestion des Sinistres
Risk Consulting
Ressources et outils
Communiqués de presse
Contactez-nous

Au XVIIe siècle, le transport maritime était une entreprise périlleuse. Les armateurs se réunissaient dans le café d’Edward Lloyd, où est apparue l’idée de partager les risques financiers. Les propriétaires affichaient le nom de leur navire, leur trajet et leur cargaison sur le mur du Lloyd’s. Les autres armateurs qui étaient prêts à partager le risque écrivaient leurs noms sous celui du navire. Ces souscripteurs de la première heure ont contribué au lancement du secteur moderne des assurances dans son ensemble.

Aujourd’hui, le marché du transport de marchandises (marine cargo) est beaucoup plus risqué et complexe que ce que ces armateurs auraient pu imaginer. Le marché de l’assurance maritime dans son ensemble bénéficie d’une réglementation moins stricte et les souscripteurs marines ont une grande latitude créative lorsqu’il s’agit de concevoir des solutions de couverture innovantes. Mais, cette flexibilité a également un coût.

Ces dix - quinze dernières années, le marché de l’assurance marine cargo est resté « soft », donc favorable aux risk managers. Des capacités importantes. Une tarification compétitive. Et les assureurs offraient des franchises et des polices plus faibles à des conditions généralement favorables et de plus en plus larges. Les conditions d’un marché soft ne sont cependant pas en faveur de la rentabilité et de la solidité financière des assureurs. C’est la raison pour laquelle, à partir de 2019, le marché de l’assurance marine cargo a commencé à changer à mesure que la sinistralité se dégradait.

De la fumée sur l'eau

Les catastrophes naturelles comme les ouragans Dorian, Harvey, Irma et Maria, les incendies de forêt aux États-Unis et au Canada, ont eu un impact. Tout comme les explosions au port de Tianjin en 2015, qui sont considérées comme le troisième sinistre le plus coûteux de l’histoire du secteur, avec plus de 3,5 milliards USD. Les tempêtes et les catastrophes majeures, comme les explosions au port de Tianjin, ne sont pas la seule raison pour laquelle le marché cherche à se corriger.

Même si les navires modernes sont en acier plutôt qu’en bois comme à l’époque du café de Lloyd’s, les incendies en mer peuvent avoir des conséquences dévastatrices. Les incendies à bord constituent une tendance préoccupante. Les incendies sur les porte-conteneurs sont l’une des principales causes de sinistre coûteux, et ils sont complexes. Il a fallu plus d’un mois à l’équipage pour éteindre l’incendie à bord du Maersk Honam en 2018, qui a détruit plus de 2500 des 7800 conteneurs à bord. Il faudra probablement des années pour régler le sinistre, pour différentes raisons, notamment le nombre d’assurés, l’identification de la cause profonde, etc.

Les incendies sont un problème croissant. Il y a eu 9 incendies majeurs sur des navires de charge rien qu’en 2019. Le National Cargo Bureau attribue l’augmentation du risque d’incendie à divers facteurs, par exemple des marchandises dangereuses mal arrimées, non déclarées ou mal déclarées. La hausse du nombre de conteneurs transportés, associée à une tendance à l’augmentation constante de la taille des porte-conteneurs, constitue un facteur de risque supplémentaire.

Suivre un nouvel itinéraire

Actuellement, le marché du cargo est dans une situation de détresse et de correction. Alors que le Lloyd’s de Londres reste une plaque tournante pour le placement des risques cargo, le Lloyd' s a publié une directive à l’attention de ses syndicats indiquant qu’ils doivent améliorer leur rentabilité ou quitter le marché. De nombreux assureurs se sont retirés de certaines branches d’activité maritimes, y compris le cargo. La capacité est en recul. Bien que ces mesures correctives soient nécessaires pour soutenir l’engagement à long terme des compagnies d’assurance facultés, ces conditions de marché peuvent exercer une certaine pression sur les risk managers à la recherche d’une couverture maritime. Par exemple, les prix sont en hausse. Il peut être particulièrement difficile pour certains types de marchandises ou de cargaisons de trouver la capacité adéquate pour couvrir leurs risques.

Tous ces facteurs concourent et rendent le marché du fret maritime très différent de ce qu’il était l’année dernière encore.

Tous ces facteurs concourent et rendent le marché du transport maritime de marchandises très différent de ce qu’il était l’année dernière encore. De nombreux assureurs ont limité leur appétit ou tout simplement quitté le marché. Les assureurs qui restent sur le marché évitent parfois des segments entiers du secteur ou des cargaisons sensibles ou sujettes au vol, comme les équipements de diagnostic ou les denrées périssables. Certains peuvent proposer des limites plus basses.

La mise en place d’une police d’abonnement devient également un moyen pour les assureurs basés en Amérique de continuer à proposer une couverture répondant à la demande. L’assureur apériteur fixe les tarifs et les conditions, et les abonnés (les autres assureurs) suivent. Ce modèle est populaire depuis longtemps parmi les syndicats du Lloyd’s. L’inconvénient, c’est que le processus peut être fastidieux tant pour les assureurs, que les courtiers et les assurés.

Utiliser stratégiquement la réassurance permet aux assureurs un certain degré de flexibilité supplémentaire. Le transfert du risque à un tiers est de plus en plus utilisé dans un contexte de soft market, où les assureurs conservent la plupart du risque. Cependant, le prix de la capacité de réassurance augmente, contribuant également à durcir le marché et à accroître les tarifs.

Même si les assureurs sont plus sélectifs, les assurés et leurs courtiers peuvent aider. Fournir des informations claires de souscription, démontrer que les risques sont protégés et d’une manière générale donner plus d’éléments sur les raisons pour lesquelles leur risque est mieux maitrisé peut aider de manière significative.

Avec tous ces changements sur le marché, nous avons constaté une réduction des équipes à la fois dans les équipes de souscription corps de navire, RC et Cargo. Ce phénomène entraîne des défis tant pour les assurés et les assureurs.

Faire des vagues avec une nouvelle technologie

Il peut s’avérer particulièrement difficile d’essayer de placer une couverture pour des risques petits à moyens (chiffre d’affaires < 25 millions USD). Selon le Bureau of Transportation Statistics, en 2018, le marché du transport américain a déplacé une moyenne quotidienne d’environ 51 millions de tonnes de marchandises pour une valeur de plus de 51,8 milliards de dollars. Dans son cadre d’analyse du fret, l’agence estime que le tonnage va augmenter d’environ 1,2 % par an entre 2018 et 2045.

La branche marine d’AXA XL a récemment conclu un partenariat avec Vindati, un assureur général insurtech qui propose des produits spécialisés et une expérience d’achat intégrée pour les courtiers et les agents, afin de proposer une assurance facultés aux petites et moyennes entreprises via la plateforme en ligne de Vindati.

Un courtier agréé peut s’inscrire et accéder à la plateforme. L’ensemble du processus est rationalisé avec des conditions générales simples. La prime est payée directement sur le site et une attestation d’assurance est établie immédiatement. Il est par ailleurs possible d’obtenir une couverture « juste à temps ». Récemment, un client a pu bénéficier d’une couverture le jour même pour une expédition en urgence d’EPI et de respirateurs, accompagnée d’un certificat d’assurance négociable, en quelques minutes à peine.

Cette plateforme permet d’assurance les nature de marchandises ci-après :

  • General cargo
  • Matières premières
  • Composants de moteur
  • Papier
  • Fournitures de bureau
  • Accessoires mobiles
  • Matériaux de construction

Le marché du transport maritime de marchandises a beaucoup évolué en peu de temps. Mais comme le volume de fret augmente à mesure que les entreprises essaient de suivre le rythme de la demande de leurs produits aux États-Unis et partout dans le monde, le besoin d’assurance n’a jamais été aussi important. Fort de sa longue expérience du marché et adoptant les nouvelles technologies, l’ensemble des acteurs du marché marine cargo vous accompagne dans la gestion, la maitrise et le transfert de vos risques lors du transport de vos expéditions.

  • A propos de l'auteur
  • Head of Ocean Cargo, Amériques
Votre prénom
Votre nom
Sélectionnez votre pays
Adresse email
Invalid Captcha
 

Plus d’articles